Quand les oiseaux s’envolent …

Depuis que j’ai terminé ma formation de coach au BAO, j’ai eu la chance de pouvoir revenir à mes fondamentaux en étant assistante sur les trajets Explorer et Discoverer.

C’est toujours émouvant de découvrir les participants les premiers jours.  Ce week-end, j’ai clôturé avec un groupe le parcours Discoverer.

Que de changements se sont amorcés entre le premier jour et ce dimanche, dernier jour de formation.  Hésitant, doutant de leur capacité, impressionnés par les seniors coachs, le premier week-end, les participants doutaient pour beaucoup de leur capacité à développer ce mode de questionnement et cette attitude très particulière qu’est le coaching.

Au fil des exercices, des jours qui passaient, peu à peu ils se sont aguerris et ils ont découvert l’efficacité des questions ouvertes, la richesse du silence entre deux questions, la bienveillance face aux émotions et surtout le fameux écran blanc.

Cela m’a rappelé mes propres doutes pendant mon parcours et mon tout premier coaching en solo.  Il s’agissait d’une jeune femme à qui il avait été proposé une promotion et qui avait le syndrome de l’imposteur.  Elle ne se trouvait pas assez compétente pour le job et surtout elle allait devenir la manager de personnes plus âgées qu’elle pour qui elle avait énormément de respect étant donné leur expérience de terrain.

L’échange fût riche et intense.  Je me souviens qu’après chaque entretien, je compulsais mes notes de cours pour y trouver l’outil le plus approprié pour la fois suivante… La démarche s’avérait totalement inutile car un coaché peut vous faire passer par Tombouctou pour aller à Rome et ça rien ne peut le prévoir.

J’ai aussi appris à suivre le rythme de mon coaché, grande performeuse et orientée résultats, j’avais parfois l’envie irrépressible de lui dire, on s’écarte du sujet, revenons à nos moutons, nous n’avons pas fini de les tondre !  Au lieu de cela, je me suis laissée emporter par son raisonnement et je lui ai laissé tracer sa propre route, balisée par ses propres ressentis pour qu’il trouve SA réponse.

J’ai aussi découvert le silence… incorrigible bavarde, très mal à l’aise avec le silence, l’envie de meubler m’a souvent démangée et pourtant, rien n’est plus fort qu’un silence d’introspection et tout ce travail que le coaché fait avec lui-même.  Son expression change, il rentre en lui-même et de là, souvent, il ressort un déclic, une découverte ou parfois même une solution.

La force des outils est elle aussi un atout. Quand on explique à une personne que toute l’énergie, le stress qu’elle développe par rapport à une situation qui est totalement hors de son contrôle, cela claque comme un éclair dans la nuit.  Cette remise en perspective de ce qui dépend de moi et ce qui reste hors de ma portée a déjà plus d’une fois provoqué des prises de conscience salutaire par rapport à des situations de frustrations, de colère, voire d’épuisement.

En étant assistante, j’ai pu partager tout cela avec les futurs coachs qui clôturaient leur formation.  C’était émouvant de les voir dans cette belle énergie, prêts à eux aussi apporter leur petite pierre à l’édifice du mieux être de ceux à qui, ils apporteront leur accompagnement.

J’ai pensé au printemps qui approche, aux oiseaux qui font leur nid.  Durant le parcours Explorer, dans leur coquille, les participants développent leur connaissance, ils découvrent les outils et ils engrangent des informations de toutes sortes.  Puis viens Discoverer, comme les oisillons fraîchement éclos, ils déploient leurs ailes et apprennent à voler… ça ne va pas sans mal et les chutes sont parfois dures mais un jour… ils se lancent et les voilà dans le ciel à jouer avec les courants ayant compris le sens, la force et sachant jouer de toutes les nuances du vol.

Le grand vol final c’est la certification, forts de leurs acquis, ils vont montrer aux seniors coachs que leur enseignement à porté ses fruits et qu’une nouvelle promotion de coachs est prête à s’envoler vers d’autres horizons.

Je leur souhaite bon vent, soyez confiants et gardez cette belle énergie positive qui vous caractérise.

C’est pour cela que j’aime le BAO.  A chaque fin de formation, il y a cette émotion palpable, tant chez les participants que chez les seniors coachs.  L’intensité de partages, la bienveillance, le travail que l’on fait sur soi avant de le faire avec les autres, c’est tout cela qui fait la magie de la formation.  A chaque fin de parcours c’est ce qui me frappe et je me dis… ça y est, ils ont encore réussi !

Andréa Cornez

Coach & Trainer Coach

Mobile : +32 472 805 865

PictMySoul



Catégories :Actualité Ecole Elan Vital, Discoverer, Témoignages

Tags:, , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :