« To be or not to be, that’s the question »

La raison d’être de notre vie – 

Dans son livre « Entrer dans le jardin sacré », le scientifique Hank Wesselman raconte que chez les peuples traditionnels du Nigéria, lorsqu’une femme entame le troisième trimestre de sa grossesse, les chamans de sa collectivité vont la voir et, avec sa permission, la font entrer dans une transe profonde. Ensuite, ils s’adressent à l’esprit de l’enfant en lui demandant de répondre par la voix de sa mère.

Les questions qu’ils lui posent sont très directes:

« Qui es-tu?   Pourquoi viens-tu dans notre village?  Quelle est ta raison d’être?”

Ainsi, tous les habitants du village « savent » à l’avance qui viendra vivre parmi eux et quelle sera sa place, ce qui est important autant pour eux que pour l’enfant.  Chacun dans la tribu sait dans son être le plus profond qu’il est un cadeau pour la communauté, chacune dès sa venue au monde est invitée à s’asseoir à la place qui lui réservée et que personne ne lui prendra.

Au cours de son adolescence, par exemple, quand le jeune est animé par l’esprit de contrariété et le besoin d’individuation, il peut arriver qu’il dévie de sa raison d’être initiale, mais comme tous les membres du village savent qui il est et qu’elle est sa raison d’être, ils peuvent alors le remettre sur le droit chemin en lui rappelant sa “ juste place”.

De cette façon, l’harmonie et l’équilibre seraient maintenus constamment, autant chez l’individu que dans la collectivité, et le chaos, qui comprend la maladie, est tenu à l’écart.

Aux yeux des Occidentaux, qui lors d’une rencontre poseraient plutôt la question typique : ‘Et, qu’est-ce que tu fais dans la vie?’, confondant ainsi l’Etre et le Faire, cette coutume peut paraître étrange.

Mais, n’est-ce pas cette interrogation légitime, essentielle et universelle qui est justement, fondamentale en ces temps de globalisation, d’uniformisation et de crise de sens qui en découle?

Qui suis-je? Que viens-je faire dans le monde? A quoi de plus grand que moi suis-je relié? Voilà les questions à se poser et se re-poser au fil des transitions de vie.

Il y a quelques années, j’ai eu la chance d’échanger sur le concept de mission, de contrat de vie et du travail du coach avec un Ancien, vieil Indien du Canada de passage en Europe.  Pour les “Peuples Premiers”, cette notion de mission individuelle est différente, et davantage universelle et transpersonnelle : « Notre seule mission, si mission il y a, est d’être qui nous sommes en harmonie avec la Nature. » Ron Evans.

Ni plus ni moins.

Mais quid de l’individu ‘moderne’ souvent très loin de cette nature? Où est sa place?

Selon le psychologue et chamane contemporain, Alberto Villodo, qui étudie la cosmologie andine au service du bien-être ‘tout le monde a un futur, mais seuls les hommes et les femmes de savoir choisissent leur Destinée’.  Il s’agit donc de prendre conscience et d’assumer au mieux , avec gratitude et optimisme, cette étincelle de vie qui fait de nous l’être unique que nous sommes

« La beauté de la vie est qu’elle ne cache aucune signification profonde. La Vie est totalement dépourvue de sens. C’est pourquoi il est de notre devoir d’y donner le sens que nous voulons bien lui donner. Non pas en cherchant un sens, mais en donnant un sens à chaque situation dans laquelle on se trouve. », écrit Villoldo. A nous la responsabilité d’utiliser notre créativité pour influencer au mieux notre futur en revisitant notre histoire et nos drames personnels de manière propice à vivre la vie qui nous donnera le plus de satisfaction. Tout est question de choix.

Et si la Mission n’était pas quelque chose que je choisis, quelque chose de plus grand que ma petite personne et qui me choisit?  Un élan qui émerge et que je me dois de dé-couvrir?  De toute façon n’est-on pas toujours en train de vivre sa mission qu’on le veuille ou non?

L’importance de formuler sa mission est qu’en en prenant conscience on peut générer plus de qualité pour soi-même.

La question ne serait donc pas: quelle mission est-ce que je choisis, mais plutôt qu’elle est la mission qui m’occupe depuis toujours?

Et le coaching dans tout ça?

Le coach est celui qui accompagne le coaché dans cette quête de sens, du latin quaesita, dérivé de quaerere (« chercher »), en ancien français queste.

Le coach aide à se poser les questions essentielles:

  • Qu’est-ce que tu fais depuis toujours dans ta vie?  Quel est le dénominateur commun?
  • Quel effet est-ce que tu crées sur ton environnement?
  • Que se passe-t-il quand tu es quelque part?
  • Quelle est l’influence de ta présence sur les autres?  Qu’est-ce qu’elle provoque?
  • Quelles sont les questions que les autres t’adressent toujours?
  • Dans quelle position est-ce que tu te retrouves souvent?
  • Qu’est-ce que tu te sens obligé de faire et de refaire, de bon ou de mauvais gré, dans tous les contextes?
  • Qui décides-tu d’être aujourd’hui (dans cette situation)?
  • Dans quelles actions, quels actes vas-tu incarner cette fidélité à toi-même (fidélité reconnaissable par le bien-être que tu ressentiras)? Est-ce que ce que tu fais actuellement te fait du bien?
  • Est-ce que ce que tu penses te fait du bien?
  • Ês-tu fière de toi, de la personne que tu deviens?
  • Oses-tu être fier de qui tu es et de ce que tu fais malgré le regard parfois désapprobateur d’autrui?
  • Sur une échelle de 0 à 100 combien estimes-tu ton courage d’être qui tu es vraiment?

Conclusion: l’essentiel n’est pas de connaître sa mission de A à Z, si tant était possible par ailleurs. L’essentiel est d’organiser sa vie et son projet de vie autour de qui ‘fait sens’ pour nous. 

 

2 exercices d’introspection à faire avec votre coaché

  • A) Mon objectif de vie (professionnelle)

Sans objectif, il est difficile de se sentir motivé et de passer à l’action.  La vie de chaque individu est l’expression de son objectif dans ses différents aspects, qu’ils soient choisis consciemment ou inconsciemment.

Cet exercice vous donnera la possibilité d’arriver à une définition de votre objectif de vie (vous pouvez le faire en général ou plutôt professionnel) :

  1. Faites une liste de 10 à 20 traits de caractère que vous appréciez chez vous Ex : mon sens de l’humour, ma détermination, mon amour pour ma famille….
  2. De cette liste, sélectionnez 4 ou 5 caractéristiques favorites
  3. Rédigez, partant des caractéristiques choisies, une liste de 20 manière d’exprimer ces caractéristiques EX : écrire, converser, voyager avec les enfants
  4. Choisissez 4 ou 5 activités favorites partant du point 3
  5. Rédigez une courte déclaration (max 25 mots) sur votre vision du monde idéal. Rédigez cela au présent et de façon qu’elle contienne comment vous voulez que le monde soit en non pas comment vous ne voudriez pas qu’il soit.
  6. Associez tous ces éléments pour arriver à la phrase suivante : Mon objectif dans ma vie est d’utiliser (……..caractéristiques favorites du point 2) pour (……….. activités favorites point 4) afin de (……….. vision du monde idéal).

Ex. D’une déclaration complète :

« Mon objectif de vie est d’utiliser ma lucidité, mon ouverture d’esprit, mon sens de l’humour, ma curiosité et mon amour de la liberté afin d’apprendre et de transmettre, de voyager, de comprendre le fonctionnement humain afin que chacun soit capable d’être, de faire et d’avoir ce qui lui importe le plus en concordance avec le bien commun. » 

Demandez au coaché de lire tout haut cette déclaration et soyez alerte aux inflexions de voix et autres indices non-verbaux.

  • B) L’épreuve de l’éloge funèbre

 Quel est l’éloge que tu souhaiterais que l’on formule à ton propos lors de tes funérailles ?

Imagine que tu viens de décéder, que tu es un esprit qui peut évoluer au milieu de ta famille et tes amis en pleurs. Tu  assistes ainsi  à ton propre enterrement.  Soudain, un.e de vos meilleur.e.s ami.e.s de toujours se lève et s’adresse à l’audience, pour rappeler quel genre de personne tu as été.  Le discours est ok en soi, mais tu éprouves un profond malaise, tu sursautes à chaque fin de phrase, et tu te dis:

« Comment peut-il -elle dire ça ? Ce n’est pas du tout moi! »

Imagine qu’à ce moment précis tu aurais pu prendre le micro des mains de la personne, qu’aurais-tu rectifié?

Demande-toi quelle a été l’image que tu as en fait choisi de lui projeter tout au long de ta vie.

As-tu vraiment été toi-même, ou t’es-tu en quelque sorte senti obligé.e porter un masque ?

 

Bonne quête et bon questionnement

Nos programmes:

 

Daniëlle De Wilde

www.bao-elanvital.be



Catégories :Actualité Ecole Elan Vital

Tags:, , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :